Bienvenue ChezFireball,bonne lecture à tous.

welcome to ChezFireball,enjoy your visit!!!

mercredi 23 novembre 2016

les différents jets:droits ou diffusés et la circulation de l'air.

http://www.firerescuemagazine.com/articles/2016/11/review-nist-study-of-hose-streams-and-air-flows.html


un article intéressant qui résume une étude conduite par NIST concernant les différents jets et la façon dont circule l'air dans les bâtiments/structures.Le rapport complet comporte 53 pages.petit résumé grâce à cet article rédigé par Bill Carey que je traduis ci dessous:
Sept séries expérimentales de tests avec plus de 100 configurations utilisant deux structures, révèlent l'impact des différents jets ou flux de lances et les mouvements de ces lances sur le flux d'air à l'intérieur des structures. (Photos du NIST)

L'Institut national des normes et de la technologie (NIST) , et la Fire Research Division ont publié les résultats de leurs expériences sur les différents jets , le mouvement des lances et le flux d'air à l'intérieur d'une structure. Dans le document intitulé «Impact des jets à la lance sur le flux d'air à l'intérieur d'une structure», présenté par Joseph M. Willi, Daniel Madrzykowski et Craig G. Weinschenck, la recherche avait deux objectifs:
Déterminer la quantité de mouvement d'air induite par les différents jets à la lance et les mouvements des lances.
· Examiner la théorie du mouvement des lances de Royer sur la direction du mouvement de la lance.
Les théories de Royer sur le mouvement des lances impactant le flux d'air sont:
· La rotation dans le sens des aiguilles d'une montre entraîne la plupart des gaz chauffés et de la fumée loin de la lance tandis que dans la rotation inverse des aiguilles d'une montre, cela produira le contraire.
· La vapeur formée par la rotation dans le sens des aiguilles d'une montre a une action de roulement violente. Dans La rotation inverse des aiguilles d'une montre,cela produit une action paresseuse/lente.

· La rotation dans le sens des aiguilles d 'une montre augmente l' efficacité de l 'eau et provoque une chute plus rapide que la rotation dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Les différents jets et les mouvements ont été étudiés dans 154 configurations différentes dans une série de sept tests. On a recrée une structure résidentielle d'un étage et une autre de deux étages construites sur les terrains du centre de formation des services d'urgence du comté de Delaware en Pennsylvanie. Chaque structure avait un plan d'étage simple et des portes extérieures qui ont été ouvertes et fermées pendant les expériences. Aucune de ces structures ne possédait de fenêtres. Dans chaque structure, le débit d'air, et la vitesse du gaz, ont été mesuré à différents endroits.

Concernant l'essai expérimental de l'eau ,le débit était de 120 GPM pour une lance à débit variable ou combinée et de 180 GPM pour une lance jet bâton (extrémité de 1 "). Dans Les expériences qui ont utilisé un «moniteur» (lance fixée à une position non mobile), la concentration du flux était axée sur les changements dans l'application du point d'eau et les différents jets tandis que les expériences qui utilisaient une conduite mobile se focalisaient sur les effets du mouvement de la lance sur Le débit d'air.
Le large flux de jet diffusé/brouillard a provoqué le plus grand mouvement d'air dans les essais. Le large jet diffusé a atteint une vitesse de 5,8 MPH et un débit d'air de 9 000 CFM. Le jet diffusé étroit, le jet bâton ont tous causé moins de vélocité et d'écoulements dans toutes les structures.
Lors de l'essai du mouvement de la lance sur le flux d'air, en ce qui concerne la théorie de Royer, on a découvert que le jet baton/droit ne provoquait un mouvement de l'air à travers les structures que lorsque le jet était appliqué selon des mouvements bien précis. Il a également été déterminé qu'il n'y avait pas de différences significatives entre les mouvements dans le sens des aiguilles d'une montre et dans les mouvements inverses des aiguilles d'une montre, sur la vitesse moyenne de l'air mesurée par les portes intérieures.

les résultats de ces expériences montrent que les jets à la lance peuvent affecter le mouvement de l'air à l'intérieur d'une structure. Le type de jets et le mode d'application détermineront la mesure dans laquelle la ventilation d'une structure est impactée et montrent également que ces différents jets peuvent affecter les débits d'air à l'intérieur d'une structure en feu.

pompiers et cancer:qui les sauvera???

http://wncn.com/2016/11/18/firefighters-and-cancer-a-presumptive-risk/


pompiers et cancer:qui les sauvera?? un article à partager très largement!!!

RALEIGH, N.C. (WNCN) - Les pompiers sont ceux que nous appelons quand nous avons besoin d'aide.
Mais pour des centaines dans le service d'incendie à travers la Caroline du Nord - la roue a tourné.
"Un pompier a un risque de 29 pour cent plus élevé de développé un cancer du rein que le reste de la population."
Ils sont maintenant ceux qui ont besoin d'aide parce qu'ils souffrent de cancer.
Des recherches récentes montrent que les pompiers souffrent de cancer dus à leur profession ,pour service rendu à la communauté.
Nous savons maintenant que sur chaque intervention et après,les pompiers courent des risques de plus en plus importants de développer un cancer.
"Je ne peux pas imaginer faire un autre métier. C'est le meilleur travail que j'ai jamais eu », a déclaré le pompier Keith Kirton de Raleigh.
Kirton est un pompier professionnel depuis 17 ans.
C'est un métier qu'il rêvait de faire depuis son enfance.
"C'est la même chose pour tous les enfants, ils se lèvent comme un héro, en étant l'homme fort,le héro qui combat les flammes dans un bâtiment en feu" a raconté Kirton.
Un diagnostique dévastateur
Un diagnostique a presque "faillit briser" le rêve de Kirton .
En Novembre 2014, il a appris qu'il avait un cancer du rein.
"À un moment donné, avec mon petit-fils, j'étais à l'étage près de son berceau, et je me suis penché et dit, 'je dois rester ici. Je dois être ici pour toi. Je veux te voir grandir. "
En février 2015, Kirton a subit une ablation d' un quart de son rein droit.
Grâce à un traitement agressif, prescrit par son médecin, il était de retour au travail en deux mois et son cancer était en rémission.
Mais, pendant son temps loin de la caserne de pompiers, il a appris quelque chose, qui l'a choqué.
«Un pompier a un risque de 29 % plus élevé que la population générale de développer un cancer du rein», a déclaré Kirton.

CANCER chez Les POMPIERS

Les pompiers ne courent pas seulement un risque plus élevé de cancer du rein comparé à la population .

Selon une étude sur plusieurs années, menée par le CDC et l'Institut national de la sécurité et de la santé au travail, les pompiers ont une chance significativement plus élevée de développer plus d'une douzaine de cancers différents ,comparé à la population générale.
«Il n'y a pas d'incendie d'une ampleur quelconque qui ne soit cancérigène. Les produits de la combustion sont automatiquement cancérigènes ", a déclaré Tim Bradley, directeur de l'Association des pompiers de l'État de Caroline du Nord.
Bradley a déclaré que la seule façon d'empêcher les pompiers d'être exposés à des agents cancérogènes est de ne pas combattre les incendies.
«Ils sont "exposés en couches", si vous voulez, d'une variété de produits chimiques, dont beaucoup ne sont pas conçus pour aller de paires et créent un cocktail toxique», a déclaré Cindy Ell, président de la Fondation internationale du cancer des pompiers.
Le cancer parmi les pompiers bénévoles n'est pas documenté.
«Nous perdons de nombreux pompiers dans le service d'incendie bénévole et ici, en Caroline du Nord, 84 % sont des bénévoles. Nous manquons donc d'informations qui nous devraient être présentées concernant ces pompiers », a déclaré Ell.

Des tenues de feu,inadéquates

Jeff Trego est un ancien pompier et vendeur de matériel d'incendie.
Il affirme qu'il y a eu des progrès dans l'équipement de la lutte contre l'incendie au cours des années.
la tenue de feu et les EPI
Mais, il ajoute que la cagoule de feu,en tissu qui couvre le cou du pompier, a été négligée et pourrait être à blâmer pour certains types de cancer.
"Le cou et les oreilles, en haut sous le menton où vous êtes sensible,risque de cancer de la thyroïde et cancer de la peau, parce que c'est une zone très sensible, la peau est très douce et pas assez protégé", a déclaré Trego.
Une étude menée par RTI: International dans Research Triangle Park montre à quel point la cagoule protège mal.
Un pompier a été équipé de sa tenue et EPI et placé dans une pièce pleine de fumée pendant 30 minutes.
La fumée a été colorée avec un colorant .
Le pompier a été invité à effectuer des actions normales comme marcher, s'accroupir et soulever ses bras.Après son exposition, il a été placé sous une lumière fluorescente qui a montré des quantités significatives de colorant, trempé à travers la cagoule, sur son cou.
"Donc, si ce colorant peut dépasser le matériel de protection:EPI, les agents cancérogènes qui sont dans la maison peuvent contaminer la tenue de feu,elle aussi", a déclaré Keith Kirton.

PRENDRE des mesures

Le risque pour les pompiers est maintenant reconnu.
Au moins 33 gouvernements des États ont adopté une loi appelée «loi de présomption».
«Le droit présomptif est fondamentalement lié au travail et il suppose que si vous êtes un pompier, un pompier actif, et que vous souffrez du cancer, celui ci est du à votre travail», a expliqué Bradley.
Les lois présumées diffèrent d'un État à l'autre, mais donnent généralement aux pompiers atteints d'un cancer le droit à des indemnités compensatoires, à des indemnités d'invalidité et à des frais médicaux payés.
La Caroline du Nord n'a pas de loi présomption.
Les pompiers ici doivent prouver au tribunal que leur cancer a été causé par leur travail.Trois types de cancer ont été ajoutés à la liste de prestations lors de décès en service.
Cela signifie que si un pompier meurt d'un certain type de cancer, sa famille recevra 50 000 $ en compensation.
«Les pompiers nous ont exprimé des inquiétudes, il y a eu davantage de recherches médicales effectuées, et nous savons qu'il existe une corrélation particulière entre ces rares cancers et les expositions auxquelles les pompiers font face», a déclaré le représentant Nelson Dollar (R-Wake) .

Opérer ses propres changements:

Alors que les législateurs se battent pour faire progresser les choses au gouvernement, les pompiers luttent pour le progrès dans leurs casernes.
«Il s'agit d'amener les nouvelles personnes, les nouvelles recrues à comprendre ce qui doit être changé», a déclaré Kirton.
Kirton travaille avec les responsables des incendies de Raleigh pour sensibiliser les premiers intervenants aux risques auxquels ils sont confrontés.
Il a dit que les choses changent lentement.
«Quelque chose qui était autrefois un badge d'honneur: plus l'engin était sale, mieux vous étiez considéré comme un bon pompier. Mais maintenant ceci a changé:la situation est devenue préoccupante», a déclaré Kirton.
Loi présomptive ou non, Kirton, comme tant d'autres, continuera à travailler pour sauver autant de pompiers que possible.
"Pouvons-nous éliminer le cancer dans le service d'incendie? Non. Peut-on minimiser les chances de l'obtenir? Absolument, dit-il.
Les défenseurs des pompiers travaillent à instituer des changements à l'échelle nationale dans le service d'incendie quand il s'agit de la façon dont l'engin sale est manipulé et combien de fois il est lavé.
De nouvelles cagoules en tissu sont également mises sur le marché pour éviter presque 100% des carcinogènes.
Et, tandis que les pompiers font pression pour des lois présumées dans des états comme la Caroline du Nord, ils ont dit que leur plus grand défi est de changer la culture du service d'incendie.
Il s'est avéré difficile d'amener les pompiers à parler de cancer et de chercher de l'aide quand ils en ont besoin.
Il existe de nombreuses organisations qui fournissent de l'aide.
Kirton est bénévole auprès de : Firefighter Cancer Support Network de la Caroline du Nord, et Ell aide les pompiers partout avec le International Firefighter Cancer Foundation.

samedi 8 octobre 2016

article firehouse:en supplément des EPI

http://www.firehouse.com/article/12244766/ppe-supplement-research-shines-a-light

 EPI supplément: la recherche met en lumière les facteurs physiologiques et physiques concernant les pompiers sur intervention.



Les pompiers font face à de multiples dangers dans l'exercice de leur mission de sécurité publique. Cependant, les statistiques révèlent que le plus grand danger qui menace les pompiers serait La réponse de leur organisme à lutter contre les incendies et les expositions qui lui sont associées.
La plupart des décès liées au travail sont dus à des crises cardiaques soudaines, et chaque année beaucoup trop de pompiers sont diagnostiqués, souffrants d'un risque de cancers lié à leur activité professionnelle.
Notre programme de recherche à l'Université de l'Illinois: Institute Service d'incendie (IFSI) et Skidmore College a longtemps mis l'accent sur la souche physiologique associée à la lutte contre l'incendie, et la compréhension de l'influence des EPI et sur la façon dont le corps humain répond :ceci a été une composante majeure de cette recherche.

Equilibrer l'acte:
Les EPI ont été initialement conçu pour se protéger de l'eau. Mais, dans l'histoire plus récente, la fonction principale de l'EPI, en particulier ,la tenue de feu , est de protéger contre les blessures thermiques. Il est clair que l'EPI est absolument nécessaire pour protéger les pompiers; il protège contre les risques multiples, y compris les risques thermiques, les abrasions, perforations, et expositions aux produits chimiques. Cependant, l'EPI ajoute également une charge importante pour le porteur, en particulier en termes de poids, ce qui augmente le travail, et les propriétés thermiques du corps, qui peuvent dégénérer en stress thermique. L'EPI peut également affecter négativement la gamme de mouvements et le déplacement des pompiers sur les lieux de l' intervention (ou toute autre situation ou l'EPI doit être porté) .

Les fabricants d'EPI ont longtemps cherché à augmenter la protection offerte par les EPI tout en limitant ce fardeau. Cela a été un équilibre délicat à trouver : que l'augmentation de la performance d'un côté peut également avoir des effets néfastes de l'autre côté. Récemment, on a pris de de plus en plus conscience des risques associés à l'exposition aux produits chimiques: un nouvel accent sur la modification de l'EPI pour fournir une protection supplémentaire a été trouvé. Toutes les modifications de L'EPI doivent être équilibrées par rapport aux facteurs mentionnés ci-dessus.Ceux ci peuvent interférer avec les fonctions du travail à accomplir et augmenter le stress thermique.

Enquêter sur les expositions:
Au IFSI, nous avons récemment lancé une série d'études visant à mieux comprendre les risques d'exposition aux produits chimiques sur la santé cardiovasculaire et le risque de cancer, et identifier le rôle que joue les EPI en offrant une protection contre l'exposition chimique. Les projets de recherches concernant: "l'exposition des Pompiers aux risques chimiques et cardiaques " portent sur les deux grandes menaces de santé auxquelles les pompiers sont confrontés d'une manière globale.

 En 2015, nous avons réuni cinq grandes équipes-IFSI de recherches, UL, NIOSH et chercheurs universitaires de Skidmore College et de l'Université de l'Illinois de Chicago à examiner systématiquement les expositions auxquelles les pompiers sont confrontés au cours de scénarios typiques sur interventions aujourd'hui. Nous avons " instrumenté" une maison de style ranch avec des meubles traditionnels et nous avons mis le feu dans deux chambres situées à 'arrière de la maison. Durant différents jours nous avons observé les pompiers éteindre les incendies en utilisant soit une attaque ciblée intérieure dans laquelle ils sont entrés par la porte d'entrée et ont progressé avec des moyens en eau face au feu dans les chambres, ou autre façon de combattre le feu: une attaque de transition (initialement casser la fenêtre et après entrer par la porte principale) . En coordination avec l'attaque de feu, des équipes supplémentaires ont effectuées des recherches et des sauvetages, de la ventilation, des échelles ont été déployées,des pompes utilisées et l'incident géré.


Dans le cadre de la recherche, nous avons surveillé la chaleur, le gaz et des particules dans l'air; la contamination mesurée sur les tenues de feu et sur la peau; et nous avons contrôlé l'absorption biologique des produits chimiques par: la collecte de sang, la respiration et l'urine des pompiers. Avec ces scénarios, nous sommes maintenant en mesure d'analyser nos données pour étudier l'effet des tactiques sur les conditions environnementales qui affectent les pompiers et les victimes potentielles, ainsi que la façon dont les tactiques et les affectations de travail se rapportent à l'exposition des pompiers et des réponses physiologiques.
En 2016, l'équipe se réunit de nouveau et a prolongé la recherche pour étudier les effets des différentes situations de formations sur les mêmes facteurs environnementaux, exposition aux produits chimiques, et des mesures biologiques et physiologiques. Dans cette expérience, nous avons comparé les feux de formation dans un caisson métallique qui contenait la fumée de théâtre:fausse fumée et de simulation d'incendie numérique (pas de chaleur), un caisson en métal avec du bois d'ingénierie (OSB), et un bâtiment en béton avec de la paille et des palettes.


La série d'études de recherches a été essentielle pour nous aider à mieux caractériser la souche cardiovasculaire et thermique ,associée à la lutte contre l'incendie et de comprendre les risques posés par ces changements. En mesurant plusieurs facteurs physiologiques, tels que la fonction plaquettaire, la coagulation, des mesures vasculaires et cardiaques , nous pouvons mieux comprendre les mécanismes potentiels par lesquels la souche cardiovasculaire liée à la lutte contre l'incendie est associée à des événements cardiaques soudains au cours des opérations d'urgence. Et mieux décrire les expositions chimiques en cas d'incendie dans l'air, sur les tenues de feu, ainsi que sur la peau, et ce qui se passe dans le corps: nous pouvons commencer à mieux comprendre les mécanismes par lesquels les expositions sur interventions augmentent le risque de cancers pour les pompiers.

Plus à venir
Ces études comprennent des partenaires multiples, pour incorporer des scénarios réalistes que les pompiers rencontrent régulièrement, et de bénéficier de l'implication et de l'engagement des pompiers partout aux USA. Bien que beaucoup plus de recherches soient nécessaires, ces études contribueront à éclairer l'élaboration des EPI, la conception et l'utilisation, ainsi que guider l'élaboration de directives d'utilisation normalisées (SOGS) .

 Pour en savoir plus sur ces études, visitez http://tinyurl.com/IFSI-Interim-Report.

mercredi 1 juin 2016

étude sur les cagoules de feu:USA

https://drive.google.com/file/d/0B9UX_npcT2DXMFZVYmtJUVNkODg/view?pref=2&pli=1

étude menée par le Boston FD concernant les cagoules de feu.L'étude commence à la page 11 du document:



la limite des EPI,ici,tests sur les cagoules de feu.Tests réalisés par le Boston FD.L'étude vise à montrer comment les particules(toxiques) pénètrent dans les cagoules de feu et à quel endroit sur le corps du pompier, et de constater l'efficacité ou non des cagoules.

Méthodologie de l'étude:2 tests menés:Les participants vont portés leur tenue de feu complète,ARI compris.Un pulvérisateur airless wagner 6.6gph sera remplit d'une solution contenant:10%de résine de mélamine dissoute dans 90% d'eau distillée,pulvérisée dans la pièce et autour des participants aux tests.Les pompiers devront bouger comme si ils étaient sur une vraie intervention.Après 10 minutes,les participants quitteront la pièce,pour regagner une autre pièce,dite "propre".Les participants seront photographiés par une lumière noire avec leurs tenues de feu et lorsqu'ils l'auront quitter. 

 Test 2: Un autre test conduit,toujours durant cette première phase:les sujets porteront la tenue de feu complète sèche,y compris l'ARI.Ils seront exposés à 25%de poudre de résine de mélanine,mélangé à 75% de poudre de talc.Ce mélange sera dispersé par un ventilateur sur les participants à une vitesse de 10 000 CFM.Les pompiers devront se déplacer/bouger,comme sur une scène d'intervention.Après 10 minutes,les sujets quitteront la pièce et regagneront une autre pièce,dite "propre."Les sujets seront photographiés par une lumière noire en tenue de feu et lorsqu'ils se déshabilleront.
Résultats: Ces deux tests nous montrent que les cagoules de feu du Boston Fire Department,n'arrêtent pas efficacement les particules de taille de :1 micron à 5 microns.
Il est clair que les particules ne rentrent pas par les interfaces,mais se diffusent à travers le tissu de la cagoule.
Il est possible pour tous les corps de pompiers de réaliser ces tests,car ceux ci sont peu coûteux.

Egalement à prendre en compte: les joints d'étanchéité du masque ARI,ne stoppent pas efficacement les particules.ceci peut provenir de:un masque mal enfilé,question d'ajustement du masque,problème d'étanchéité.
Les gants et les "straps" des gants,ne fournissent qu'une protection limités concernant l'entrée des particules.


mardi 31 mai 2016

apprendre à ramper....




apprendre à ramper/à progresser dans un bâtiment en feu avec la lance...
La position du corps est essentielle lors d'une progression dans une pièce en feu: Un pied en avant,est un bon indicateur pour savoir si il y a un trou dans le sol de la pièce ou vous progressez.
Oubliez la position à 4 pattes: la visibilité est déjà mauvaise,voir nulle mais dans cette position,votre visage est face au sol et vous ne voyez rien de la progression du feu:pire,vous perdez votre temps à lever et baisser la tête.
La bonne position:à genoux:le poids du corps en arrière,taille basculée légèrement en arrière afin de soulager les articulations des genoux.la halligan pourrait blesser une victime éventuelle lors de votre progression,pensez à utiliser votre main pour "vérifier" le sol afin de détecter la présence d'une victime éventuelle.
Pour progresser avec la lance:toujours la même position,taille légèrement basculée en arrière,la lance sur la côté du corps:pied en avant pour ramper et assurer la stabilité du sol.La tête relevée,visage face au feu ou éléments qui vous entourent afin d'obtenir la meilleure visibilité possible de l'évolution de la situation.

dimanche 22 mai 2016

la fumée tue 60% des pompiers!

http://www.king5.com/news/health/smoke-from-fire-kills-60-percent-of-firefighters/197610243

La fumée provenant des incendies tue 60% des pompiers!
le cancer est devenu la cause principale de décès chez les pompiers aux USA.Les pompiers font face à de nombreux risques lors d'une intervention mais paradoxalement,ce qui est le plus dangereux pour eux,en entrant dans un bâtiment en feu,ce ne sont pas les flammes mais la fumée! 60% des pompiers professionnels souffriront d'un cancer dans le futur et décèderont de ce cancer,selon IAF:(association internationale des pompiers).

En 2013,une étude portant sur 20 000 pompiers aux USA,qui "décalaient" pour une moyenne de 6000 interventions par an entre 1959 et 2009: 20%d'entre eux ont développé un cancer!si on compare ce chiffre à la population normale aux USA,(non pompiers),le taux de décès du au cancer est de 8% seulement.Les cancers les plus fréquents chez les pompiers:la prostate,les poumons,la leucémie et le colon.
"Les feux de nos jours sont différents de ceux que nous combattions,il y a 30 ans.Ils brûlent à des températures plus hautes,plus rapidement,et dégagent des fumées plus toxiques":a déclaré:Hull told Ivanhoe.
Le produit retardant concernant les flammes produit une quantité double de fumée.Une étude a révélé que le niveau de produit retardant chimique des flammes dans le sang des pompiers,était 3 fois supérieur après un feu.

La ville d' Orlando en Floride, essaie de mettre en place des mesures de prévention de lutte contre le cancer chez les pompiers:l'ouverture ou le trou concernant les perches de feu en caserne a été couvert afin d'empêcher les émanations de carburants des camions lorsqu'ils démarrent.Chaque pompier possède plus qu'une tenue de feu,afin de pouvoir désinfecter correctement la tenue utilisée après un feu.
34 états aux USA,possèdent des lois actuellement,qui présument que si un pompier est atteint d'un certains type de cancers,cela est du à son travail/profession.Dans la plupart des cas,ces lois,protègent les pompiers et leur permettent de recevoir une indemnisation et de ne pas être licenciés et de profiter d'un congé d'invalidité.
Beaucoup d'autres états aux USA avouent ne pas avoir assez d'argent pour mener à bien des recherches ou études concernant le cancer chez les pompiers.Ces états ne possèdent aucune loi pour favoriser une campagne de prévention de lutte contre le cancer chez les pompiers et ainsi pouvoir verser des compensations aux pompiers malades.

lundi 30 novembre 2015

l'exercice dérape....

Quand la manoeuvre concernant la ventilation,dérape: